Les flux d’investissement direct étranger (IDE) à destination de l’Algérie se sont établis à 1,2 milliard de dollars en 2017 mais restent diversifiés, soutenus par les investissements des groupes asiatiques, a indiqué mercredi la Cnuced.

En 2017, «  la diversification de l’investissement direct étranger en Algérie a été soutenu par les IDE » consentis par le groupe de télécoms chinois Huawei et le sud-coréen Samsung qui a ouvert sa première usine de montage de smartphones dans le pays », précise la Conférence des Nations Unies pour le commerce et l’investissement dans son rapport 2018 sur l’investissement dans le monde publié par les Nations Unies.

En attendant la loi sur les Hydrocarbures

La Cnuced relève que si les IDE captés par l’Algérie en 2017 sont en baisse de 26% par rapport au 1,63 milliard de dollars enregistrés en 2016, ils devraient cependant rebondir à la faveur de la prochaine révision de la loi sur les hydrocarbures.

« Les amendements proposés à la loi sur les hydrocarbures pourraient faire augmenter considérablement la participation étrangère dans le secteur pétrolier du pays à l’avenir », souligne l’organisation onusienne, qui relève par ailleurs que les IDE en Algérie dépendent fortement de l’investissement dans le secteur pétro-gazier.

Rédaction AF