Les comprimés psychotropes vont-ils remplacer le cannabis ? En tous cas, les chiffres communiqués par les différents services de sécurité laissent penser que la consommation des comprimés est de plus en plus importante.

Selon un bilan de l`Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT), qui s’appuie sur des statistiques de la police, gendarmerie et douanes algériennes, la saisie des comprimés psychotropes a fortement augmenté durant les quatre premiers mois de l’année en cours par rapport à la même période de 2017. Les saisies passent de 467 324 à 586 904 comprimés en un an.

Depuis 2010, les agents des services de sécurité saisissent des quantités de plus en plus importantes de psychotropes, contrairement à cannabis, dont les quantités saisies cette année sont en baisse de 43% par rapport à celles de l’année passée.

Bien évidemment, les plus grosses saisies ont eu lieu à l’Ouest et au sud du pays. Pour ce qui est des drogues dures, l’ONLDT indique que les différents services de sécurité ont saisi 17,526 grammes d’héroïne et 1 706,096 grammes de cocaïne. Il est clair que ce bilan ne prend pas en compte les 7 quintaux de cocaïne saisis au port d’Oran il y a plusieurs jours.

Toujours en ce qui concerne les drogues dures, les quantités saisies cette année sont en baisse par rapport à celles de 2017. Pour les autorités, cela est dû au «renforcement du dispositif sécuritaire au niveau des frontières».

Elyas Nour