La Fédération algérienne de football (FAF) a fini par réagir, hier, en début de soirée, aux attaques que subi le sélectionneur national, Rabah Madjer, depuis la défaite, vendredi dernier, en amical, face au Cap-Vert (2-3). La FAF a surtout dénoncé une immixtion dans les affaires du bureau fédéral et un « acharnement » contre la personne du sélectionneur national. 

Tout en rappelant que seule la FAF a la latitude, de démettre ou non le sélectionneur national, l’instance fédérale a tenu à dénoncer un « acharnement » sur le sélectionneur national.

Dans son communiqué, la fédération a évoqué « des voix non autorisées » qui « se sont élevées pour réclamer des changements dans la gestion technique de l’équipe nationale A », le président de la FAF, Kheiredine Zetchi et les membres de son bureau fédéral « rappellent que toutes les décisions engageant l’avenir du football national et de l’équipe nationale sont de la seule et unique souveraineté du Bureau fédéral de la FAF ».

Selon la FAF, « la campagne d’acharnement menée contre la personne du sélectionneur national surtout à la veille d’une rencontre amicale aussi importante contre le Portugal ce jeudi 7 juin à Lisbonne », est tout à fait inappropriée.

On remarquera que l’instance fédérale n’a pas exprimé un « soutien net et indéfectible » au sélectionneur, comme la pratique et l’usage le veulent. On est en droit de penser que les jours de Rabah Madjer sont comptés à la tête de la sélection nationale.

Après la cuisante défaite des verts face au Cap-Vert, des informations avaient fait état de la volonté de Zetchi de limoger Rabah Madjer. Certains ont même évoqué la possibilité de confier la sélection à Rabah Saadane, directeur technique national, et Boualem Charef, directeur des équipes nationales, qui assureront l’intérim en attendant la nomination d’un sélectionneur à la place de l’ancienne gloire de Porto.

Elyas Nour

Notez cet article