La justice française a rendu son verdict mardi, dans le procès opposant le député Franco-marocain M’jid El Guerrab à la sénatrice Franco-algérienne Leila Aichi. Le juge s’est prononcé en faveur de M. El Guerrab.

La 14ème chambre correctionnelle du Palais de Justice de Nanterre (département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France) a statué, mardi 5 juin, en faveur de M’jid El Guerrab.

La plainte a été introduite par Leila Aïchi qui reproche au député de l’étranger (Maghreb Afrique de l’Ouest), d’avoir publié des tweets durant la dernière campagne législative estimant que leur contenu lui a porté préjudice. Après la plaidoirie du Procureur de la République qui a requis la nullité, le juge a prononcé la prescription. M’jid El Guerrab vient donc de remporter une nouvelle manche contre son ancienne concurrente Leïla Aïchi.

Lors de la compagne électorale précédant les élections législatives en France, une rivalité féroce est née entre les deux candidats de la République en Marche qui se disputaient la 9e circonscription des Français de l’étranger.

Bien qu’initialement investie par la République en marche, la sénatrice française d’origine algérienne s’est vu retirer le support du mouvement suite à une pression médiatique, menée principalement au Maroc, qui a été causé par ses prises de positions jugées pro-Polisario

La République en marche décide alors d’écarter Aïchi pour se fondre d’un communiqué où il s’excuse pour «l’imbroglio» commis et annonce que, bien qu’il n’investirait aucun candidat dans la circonscription, M. El Guerrab est le candidat le plus «compatible avec les valeurs du mouvement», appelant donc à voter pour lui.

Se prononçant sur la question, de nombreux observateurs ont avancé que la rivalité entre les deux candidats n’était qu’un aperçu sur la dynamique de lobbying entre les cercles défendant les intérêts de l’Algérie et du royaume chérifien.

France / M’jid El Guerrab gagne son procès contre Leila Aichi
2.9 (57.5%) 8 votes