Cela est une première dans les annales du sport. Les huit cyclistes algériens engagés  hier dans la course ont tous abandonné la course avant la fin. La fédération le justifie par cette fameuse « fatigue de Ramadhan »

Selon les comptes rendus de plusieurs journalistes couvrant l’événement, les Algériens n’ont pas eu la force pour terminer cette course de 143 km. Pourtant, il y avait, au sein du groupe, des cyclistes de niveau appréciable qui ont l’habitude de prendre part à plusieurs courses internationales.

Advertisement

La Fédération algérienne de cyclisme (FAC) a nié, toutefois, cette version, évoquant l’abandon de trois cyclistes, et l’arrivée hors délai de deux autres. « Sur les huit Algériens engagés, trois, en l’occurrence Youcef Reguigui, Yacine Hamza et Mahdi Hamza, ont pu se classer, deux ont été déclarés hors délais et trois n’ont pu aller jusqu’au bout de la course », a indiqué la Fédération.

Cette dernière a tenu à signaler que « cette course est intervenue dix jours seulement après Ramadhan », ce qui, aux yeux de la FAC, constitue un problème. « Outre la période du mois sacré du Ramadhan lors de laquelle il était impossible de maintenir la forme des coureurs qui nécessitait de l’endurance et de l’entrainement », a indiqué de son côté l’entraineur national.

Cela suffit-il pour justifier la piètre performance des cyclistes ?

Elyas Nour