Le wali de Jijel, Bachir Far, n’a pas tardé à réagir à la décision du Président de l’APC d’El Aouana interdisant le port du short dans les limites de la commune. Aussitôt médiatisé, celui-ci a, en effet, pris la décision de demander à l’auteur de cette «interdiction» de la retirer. Selon les services de la wilaya de Jijel, aucun texte règlementaire ne justifie une telle mesure. Les lois citées par le P APC dans sa décision n’évoquent en aucune manière la tenue vestimentaire des algériens. Dans une déclaration faite à El Watan, le mis en cause, du nom de Boufnassa, affirme qu’il n’a fait que reconduire une mesure qui existe depuis quelques années déjà. Ce qui a été démenti par plusieurs intervenants dans le secteur touristique de la wilaya. Il faut rappeler que l’article 1 de cette décision stipulait qu’ «il est interdit de se promener en short à l’intérieur de la ville, dans les centres résidentiels urbains ainsi que les entreprises et administrations publiques tout au long de la saison estivale 2018». Pour expliquer sa démarche, le maire a évoqué «la nécessité de respecter la bienséance et de maintenir l’ordre public». L’affaire avait provoqué une véritable polémique. Si des conservateurs avaient applaudis la mesure, beaucoup de citoyens ont dénoncé, par contre, une atteinte aux libertés individuelles. Heureusement que le wali a rectifié le tir.

Elyas Nour

Jijel / Le Wali annule la décision du P APC d’El Aouana, soulignant son illégalité
5 (100%) 2 votes