Le Procureur de la République près la cour de Ghardaïa a requis, ce mardi, des peines de prison assorties d’amendes à l’encontre du coordinateur national du MDS Hamid Farhi, et le candidat du parti aux prochaines élections présidentielles Fethi Gherras, ainsi que plusieurs autres militants des droits de l’homme.

Hamid Farhi, Fethi Gherras, le militant Kherba Abdelkader, Mansri Ahmed, Nadir Debouz, ainsi que d’autres ont comparu devant le juge du tribunal de Ghardaïa. Le Procureur de la République a requis une peine d’un an de prison ferme pour chacun, assortie d’une amende de 100 000 DA. Le jugement sera rendu le 26 juin prochain.

Les chefs d’accusation retenus sont incitation à l’attroupement non armé, atteinte à une institution de l’État et non-respect de décisions administratives.

Les faits remontent à deux ans lorsque les mis en cause se sont rendus à Ghardaïa soutenir l’avocat et militant des droits de l’homme Me Salah Debouz. Ce dernier était poursuivi en justice en raison d’une campagne qu’il a mené pour dénoncer les conditions de détention de son client Kamel Eddine Fekhar.

L’avocat avait même initié, au mois d’avril 2017, une marche qui l’a mené d’Alger vers Ghardaïa.