Les autorités algériennes veulent «soigner» leur image.  Après la publication de dizaines de rapports mettant à l’index un traitement inhumain lors de ces expulsions, les autorités ont convié la presse internationale à une vaste opération qui aura lieu très prochainement.  

Si l’ont croit ce qui a été rapporté par El Khabar, c’est le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui qui a lancé cette initiative. En procédant de la sorte, l’Algérie tente d’apporter un démenti aux accusations de maltraitance des réfugiés subsahariens portées par plusieurs ONG, ainsi que la Commission onusienne des droits de l’homme, où encore, Human Right Watch (HRW)

Dans son dernier rapport, HRW avait a accusé les autorités algériennes d’expulser des migrants, sans distinction de nationalités, vers le Mali ou le Niger et surtout sans vérifier leurs statuts en Algérie. Une thèse qu’Alger réfute formellement.

Elyas Nour

Rapatriement de subsahariens / L’Algérie sollicite la présence de médias étrangers
Notez cet article