Un coup d’État aurait été déjoué en Tunisie et ce serait l’Algérie, l’Allemagne et la France qui aurait averti le gouvernement tunisien de cette entreprise. Selon le site internet Mondeafrique, l’architecte de ce renversement n’est autre que Lotfi Brahem, l’ex-ministre de l’Intérieur tunisien fraîchement limogé.  

Bédji Caïd Essebssi vient donc d’éviter de justesse un coup d’État à tout point similaire à celui orchestré par Ben Ali en 1987 pour renverser Habib Bourguiba. Limogé récemment, Lotfi Brahem aurait, selon Mondeafrique, concocté un plan bien ficelé pour éjecter l’actuel président tunisien et son Premier ministre Youcef Chahed, pour le remplacer par Kamel Morjane, ancien ministre de la Défense sous la présidence de Zine El-Abidine Benali.

Ce serait les services algériens, français et allemands qui auraient découvert la combine alertant les autorités tunisiennes du danger imminent.

Les autorités tunisiennes refusent toujours de réagir et continuent toujours de se murer dans le silence. Elles ont, cependant, indiqué avoir ouvert une enquête suite aux révélations du site internet Mondeafrique. De nouvelles informations ont été relayées faisant été d’un financement émirati de cette opération de renversement.

Tunisie / L’Algérie a-t-elle participé à déjouer un coup d’État contre Bédji Caïd Essebssi ?   
4.6 (92%) 5 vote[s]