Les députés MSP, PT, RND, FLN et Adala siégeant à la commission des finances de l’APN ont fini par supprimer le fameux article 6 du projet  de loi de finances complémentaires 2018. Les dispositions de cet article prévoyaient l’instauration d’une taxe de 19% sur les véhicules montés localement.  

Pas moins de neuf amendements ont été présentés pour se débarrasser de cet article qui a été au centre d’une large polémique ces derniers jours. Les députés de ces formations politiques ont exprimé leur hostilité à cette mesure, tout en mettant en avant « l’impact d’une telle taxe sur la bourse des Algériens ».

Même les députés RND se sont érigés contre cet article de la loi de finances complémentaire 2018. Une mesure qui a pourtant été validée par Ahmed Ouyahia, qui endosse le costume de Premier ministre et celui de patron du RND.

Il y a quelques jours, plusieurs rapports médiatiques ont fait état d’une vaste opération de lobbying menée par des représentants des constructeurs automobiles locaux. Le but étant de convaincre les députés de faire avorter cette mesure.