La rénovation de l’hôtel Seybousse (ex-Plaza) d’Annaba va couter près de 300 millions de centimes la chambre! Le contrat avait été attribué, en 2017, par l’Entreprise de gestion touristique d’Annaba (EGT) au groupe chinois CSCEC (China State Construction Engineering Corporation) fortement implanté en Algérie même s’il a été blacklisté depuis 2009 par la Banque Mondiale (BM) pour des faits liés à la corruption. Selon le quotidien francophone “El Watan”, le cout du marché de rénovation de cet hôtel de 280 chambres avoisine les 800 milliards de centimes, ce qui fait un tarif de près de 300 millions de centimes pour la chambre. Le double du tarif avec lequel avait été rénové l’hôtel Aurassi à Alger (700 milliards de centimes pour 450 chambres, ce qui fait 150 millions de centimes par chambre). Y-t-il anguilles sous roche ? En tous cas, des doutes avaient été émis par des observateurs au sujet de précédents contrats remportés par la CSCEC. On peut citer, à titre d’exemple, celui du Centre international des conférences (CIC) de Club des pins qui a couté un demi milliards de dollars. Le groupe chinois avait réalisé plusieurs autres projets depuis son arrivé en Algérie, dont l’hôtel Sheraton d’Alger, Mariott de Tlemcen ou bien l’École Supérieure d’Hôtellerie et de Restauration d’Alger (ESHRA) pour ne citer que ceux-là.

Elyas Nour