Mont Ivarissen, Béjaïa

Les risques d’incendies de forêts sont plus grands cet été. C’est le directeur général des Forêts (DGF), Ali Mahmoudi, qui l’a affirmé, hier, depuis Bouira. La raison est liée, signale-t-il, au  » développement d’une strate herbacée ». « Nous avons vécu une saison printanière très arrosée, il y a eu d’importantes précipitations ce qui a favorisé le développement d’une strate herbacée que nous n’avons pas vue depuis au moins 40 ans. Sur les hauteurs du Djurdjura, à Tizi N’Kouilal, vous pouvez constater des herbes de 40 centimes, donc le risque d’incendie cette année est très grand », a-t-il déclaré. Ceci, en plus bien évidemment, des fortes chaleurs attendues également cet été. Il faut dire que ces dernières années, les feux de forêts ont emportés des dizaines de milliers d’hectares. Faisant le bilan de l’été 2017, la direction nationale de la protection civile avait indiqué qu’entre juin et septembre de l’année passée, « 2.343 foyers d’incendie avaient ravagé 51.908 hectares à travers le territoire national ». En somme, 4.285 palmiers et 176.969 arbres fruitiers ont été détruits. Le ministère de l’Intérieur avait promis de doter la protection civile de plus de moyens. Malgré cela, le risque, selon le directeur général des forêts reste « grand ».

Elyas Nour

Feux de forêt/ Grands risques d’incendies cet été
Notez cet article