Des harragas algériens sont détenus en Libye depuis près d’un mois. La famille Tabti, habitant à Blida, a adressé une requête au ministère des Affaires Etrangères pour intervenir afin que leur fils se trouvant dans ce pays depuis l’Aïd El Fitr soit rapatrié. Ce jeune, qui n’a pas atteint la trentaine, avait indiqué à ses parents qu’il allait rendre visite à l’un de ses amis à Oran. Mais quelques jours plus tard, ses proches se sont rendu compte, via les réseaux sociaux, qu’il a tenté d’atteindre clandestinement l’Italie en passant par la Tunisie puis la Libye. C’est au niveau de ce dernier pays qu’il a été arrêté en compagnie de quelques autres algériens. Ils ont apparemment été placés dans un centre de détention pour migrants clandestins. L’ambassade d’Algérie à Tunis (il n’existe pas d’ambassade en Libye) leur a promis de tout faire pour les récupérer au plus vite. Mais jusque-là rien ne se profile à l’horizon. L’inquiétude des proches de ce jeune est encore plus grande au vu de la situation sécuritaire qui prévaut en Libye. Il faut dire que les tentatives d’émigration clandestine se sont multipliées au fil des années. Si auparavant les jeunes tentaient d’atteindre l’autre bord de la méditerranée par voie maritime, ces derniers temps, certains osent l’ “aventure” en passant par la Libye, un pays hautement risqué, où les réseaux spécialisés dans l’immigration clandestine ont fleuris.

Elyas Nour