Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa, a qualifié, samedi à partir de Tipaza, les accusations d’antisémitisme dont fait l’objet l’imam de la mosquée de Toulouse (France), l’Algérien Mohamed Tatai, “d’allégations mensongères”.

“Cet imam n’est pas un envoyé du ministère des Affaires religieuses, mais relève plutôt de l’institution de la mosquée de Paris”, a indiqué Mohamed Aissa dans une déclaration à la presse, en marge de la cérémonie de clôture de la saison du Centre culturel islamique, rapporte l’agence officielle.

“L’imam Mohamed Tatai est le fils d’une famille d’Oulémas, dont l’éducation ne lui permet pas d’être à l’opposé des valeurs du pays qui l’accueille”, a-t-il ajouté.

Le ministre a souligné, en outre, que le recteur de la Mosquée de Paris a disculpé l’imam Tatai des accusations portées à son encontre, à savoir pour “antisémitisme” et pour “non respect de la démocratie”, comme rapporté par certains médias.

M. Aissa a appelé, à ce propos, certains médias occidentaux à “cesser leur propagande au profit de tout ce qui porte atteinte à l’islam et à ses symboles, à travers ce type d’accusations”, soutenant que la mosquée de Toulouse “est connue pour sa modération”.

Rédaction AF

Il a été accusé d’antisémitisme / Mohamed Aissa défend l’imam de la mosquée de Toulouse
Notez cet article