Le terroriste Djamel Beghal, libéré de prison en France, hier très tôt le matin, après avoir purgé une peine de dix ans de prison, a été expulsé vers l’Algérie. Beaucoup de sont demandés quel sort lui sera réservé à son arrivée dans son pays natal. Une source “proche du dossier” a indiqué à l’agence officielle APS que celui-ci “sera traduit devant les autorités judiciaires pour l’affaire dont il a été jugé par contumace et condamné à 20 ans de réclusion par le tribunal criminel d’Alger le 16 février 2003 afin de vider son mandat d’arrêt et être rejugé pour les faits dont il a fait l’objet de poursuite”. En d’autres termes, Beghal ne sera pas libéré de sitôt. Rappelant la genèse de l’affaire, la même source a affirmé que “les autorités judiciaires algériennes ont tenté de le faire extradé de France, mais leur tentative est restée infructueuse au motif que l’intéressé serait de nationalité française de laquelle il a été déchu en 2006”. Le ministère algérien de la justice a même demandé aux autorités judiciaires françaises de juger Beghal en France pour les faits qui lui sont reprochés en Algérie mais en vain. Aujourd’hui, il aura fallu d’après négociations pour qu’Alger accepte de recevoir l’ “inspirateur” d’Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi, auteurs des attentats respectivement de l’ “Hyper Casher” et de “Charlie Hebdo”, commis en janvier 2015.

Elyas Nour