L’Algérie a réalisé aux Jeux méditerranéens de Tarragone (Espagne), qui se sont achevés hier, l’une de ses plus mauvaises performances dans l’histoire du sport national.

La délégation algérienne a terminé à la 15e place, sur 25 pays participants, avec 13 médailles seulement dont deux en or, ne devançant que la Syrie, Macédoine, Saint-Marin, Bosnie-Herzégovine, Albanie, Monténégro, Monaco, Liban, Malte, Andorre et Libye.

C’est l’Italie qui est arrivé en tête avec 155 médailles, dont 55 en or. Les autres pays nord-africains sont classés respectivement 5e pour l’Égypte (45 médailles dont 18 en or), 8e pour le Maroc (24 médailles dont 10 en or) et 10e pour la Tunisie (31 médailles dont 6 en or).

Les deux seules médailles d’or algériennes sont l’œuvre de Sahnoune (Natation) et Daïkhi (Karaté). Les responsables des différents sports évoquent la mauvaise préparation, fruit du conflit qui avait opposé, pendant de longs mois, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Ould Ali El Hadi, au président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf. Mais cela explique-t-il à lui seul cette déroute ?

L’équipe algérienne de cyclisme avait, rappelons-le, abandonné la course sur route quelques kilomètres seulement après le coup d’envoi. L’entraineur de la sélection nationale avait évoqué …cette fameuse « fatigue de Ramadhan ». Même l’athlétisme national, habituellement pourvoyeur de médailles, est passé à côté. Pourtant, les nations les plus nantis n’envoient pas à ces Jeux leurs meilleurs athlètes préférant faire participer leurs «espoirs» afin de les préparer pour les rendez-vous futurs.

Le sport national a atteint le fond lors de cette édition espagnole des Jeux méditerranéens. Les prochains JM auront lieu à Oran en 2021.

Elyas Nour

Jeux méditerranéens de Tarragone / L’Algérie en bas du classement
Notez cet article