Le ministère des Affaires Etrangères a confirmé aujourd’hui dans un communiqué les informations faisant état de la présence de plusieurs algériens, ayant effectué le déplacement en Russie pour suivre des matchs de la Coupe du monde 2018 de football, dans des centres de détention. Leur nombre est de 29, selon la diplomatie algérienne. Sauf que, ajoute la même source, ceux-là ont été arrêtés après avoir tenté, à la fin de l’événement footballistique mondiale, de rejoindre d’autres pays clandestinement. Le Porte-parole du ministère des AE, Abdelaziz Benali Cherif, a précisé à cet effet “qu’il s’agit de 29 ressortissants algériens qui ont effectué le déplacement en Russie dans le cadre de la coupe du monde et qui ont depuis tenté de rejoindre clandestinement d’autres pays frontaliers de la Russie notamment la Finlande, l’Ukraine et la Biélorussie”. “Ces ressortissants ont fait l’objet d’arrestations par les autorités russes pour tentative de franchissement illégal des frontières de la Fédération de Russie”, a-t-il encore expliqué. D’après lui, la représentation diplomatique algérienne en Russie a “pris contact directement avec certains d’entre eux et avec certaines de leurs familles en entreprenant les démarches nécessaires auprès des autorités russes à plusieurs niveaux pour s’enquérir de leur nombre exact, des lieux et des conditions de leur rétention, de s’assurer du traitement qui leur est réservé et enfin pour examiner les modalités d’assistance et de règlement prompt de leurs situations en vue du raccourcissement des délais de leur rétention provisoire”.  Il a ajouté que l’Algérie espère les rapatrier “dans les meilleurs délais, une fois les procédures administratives et d’identification accomplies”. Jusque-là, les familles de ces algériens n’ont jamais évoqué sur les réseaux sociaux ces tentatives de rejoindre d’autres pays clandestinement. La majorité d’entre eux avaient fait état de “dépassements” de la part des services de sécurité russes.

Elyas Nour