Les Saoudiens s’apprêtent à plomber les marchés du pétrole à la demande de Donald Trump. Le baril à 80 dollars ne sera alors qu’un lointain souvenir. Sur son compte Twitter, le président américain révèle que le roi Salman va augmenter la production pour que celle-ci atteigne les deux millions de barils par jour. Les autorités saoudiennes ont montré, une nouvelle fois, leur dépendance totale des États-Unis.

«Je viens de parler au roi saoudien Salmane et j'ai demandé à l'Arabie saoudite de relever sa production pétrolière jusqu'à peut-être deux millions de barils pour compenser les pertes causées par les troubles et le dysfonctionnement en Iran et au Venezuela […]. Il l'a accepté», a fait savoir Donald Trump dans l’un de ses tweet surréalistes.

Advertisement

De leur côté, les autorités saoudiennes n’ont pas soufflé un mot à ce sujet. Dans un communiqué publié à l’issue de l’entretien entre les deux dirigeants, le royaume n’a pas fait part de la requête du président américain. Cette augmentation de production ordonnée par les États-Unis est donc un problème pour des Saoud.  qui devront s’expliquer devant les membres de l’OPEP.

Lors de la réunion de Vienne en juin dernier, l'Arabie saoudite avait émis le souhait de parvenir à augmenter la production de l'Opep et de ses partenaires. Cependant, on a fixé pour objectif de sauvegarder l'accord de limitation de 2016. Avant le début de la rencontre, l’Arabie Saoudite a avancé le chiffre d’un million de barils supplémentaires par jour. A la fin, il a été convenu de mettre sur le marché un peu plus de 700 000 barils jours.

Le royaume a donc pesé de tout son poids pour obtenir une ouverture des vannes du pétrole pour satisfaire les caprices du président américain. L’Arabie augmentera sa production de 400 000 b/j alors que la Russie  a obtenu la production de 300 000 b/j de plus. Depuis l’annonce, Riyad a déjà augmenté sa production de 100’000 b/j, mais  Donald Trump insiste pour pousser la machine à 2 millions b/j. Objectif: maîtriser les prix de l’essence aux USA avant les élections du mid-term en novembre prochain