A défaut de pouvoir construire de nouveaux établissements scolaires, le gouvernement a opté pour des chalets préfabriqués. La ministre de l’Education Nationale, Noria Benghebrit, a inspecté hier un CEM à Douira, dans la capitale, qui a été doté de quatre chalets de ce genre. D’autres écoles de cette localité, tous comme pour Draria, vont également être «renforcées» par ces «classes». Les deux localités, de l’aveu de la première responsable du secteur, connaissent un problème de surcharge des classes de leurs établissements. Les projets de construction d’écoles, des trois paliers mais surtout le moyen et le secondaire, ne sont pas suffisants pour faire face au flux de plus en plus important des nouveaux inscrits dans ces deux communes qui ont accueillis ces dernières années beaucoup de programmes de logements. La ministre a affirmé que les élèves bénéficieront toutefois des meilleures conditions, même si cette solution n’est que temporaire. Benghebrit a affirmé, à cet effet, que les établissements scolaires concernés par le problème de surcharge connaitront, dans les plus brefs délais, des extensions «en dur», sauf s’il n’y a pas de surface non-bâtie à côté. Entre temps, des écoles d’autres villes du pays seront également «renforcées» par ces chalets préfabriqués. Le problème de la surcharge des classes est omniprésent dans le débat sur le système éducatif national depuis une vingtaine d’année. Les autorités ne sont pas arrivées jusque-là à lui trouver de solution.

Elyas Nour

Advertisement