L’Algérie envisage sérieusement de se mettre aux énergies renouvelables dans les plus brefs délais. Du moins, c’est ce qu’affirment les autorités. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a indiqué aujourd’hui, depuis Relizane, que l’Etat veut fournir à toutes les écoles primaires, durant les trois prochaines années, d’installations leur permettant de se doter de l’énergie solaire. «Notre objectif est d’assurer une couverture de tous les établissements scolaires du cycle primaire au niveau national en énergies renouvelables», a déclaré le ministre, avant d’ajouter que «500 écoles primaires au niveau national sont déjà dotées d'équipements d’énergie solaire» et que «l’opération permettra de fournir l'énergie classique pour d’autres besoins publics». D’après lui, les autorités vont, par la suite, se pencher sur la généralisation de l’utilisation de ces énergies aux autres paliers du système scolaire (moyen et secondaire) ainsi que pour d’autres secteurs.  Il faut noter que tout en faisant la promotion des énergies renouvelables, les autorités envisagent également de commencer l’exploitation du gaz de schiste, malgré l’opposition de la société civile. Par ailleurs, selon les dernières estimations de l’agence internationale de l’énergie (AIE) l’Algérie n’a pu développer que 300 mégawatts depuis l’énergie solaire. Ce qui est insignifiant par rapport au potentiel existant.

Elyas Nour

Advertisement