Le nouveau Président de la Ligue de football professionnel, Abdelkrim Medouar, a donné, hier depuis Skikda, avant l’entame de la Rencontre JSM Skikda – ES Mostaganem pour le compte de la 1ère journée de la Ligue 2, le coup d’envoi du championnat national professionnel pour la saison 2018/2019. Or, le même jour, deux clubs ont failli déclarer forfaits. Il s’agit de l’USM Harrach et du RC Kouba, évoluant tous deux en Ligue 2. Et pour cause, les deux clubs ont des dettes auprès des joueurs qui dépassent le milliard de centimes, le seuil maximum fixé par la Fédération algérienne de football (FAF). Comme les dettes de l’USMH et le RCK sont largement au dessus de ce chiffre, la Ligue ne leur a pas délivré les licences de leurs nouveaux joueurs. Il s étaient donc obligé de faire appel à leurs équipes «réserves». Ces dernières ont donc déclarées forfaits pour les matchs de leur catégorie (réserve) afin de prendre part à ceux des seniors. El Harrach a fait match nul à domicile face à Magra (1-1) alors que Kouba s’est complètement écroulé (5-0) à Bou Saada. Le CR Belouizdad, en Ligue 1, est également dans cette situation. Le club, qui fait face à d’énormes dettes également, n’a pas fait jouer ce matin son équipe «réserve» dans le championnat de cette catégorie pour qu’elle soit alignée ce soir face à Ain Mlila dans la rencontre senior. Les trois clubs ont eu recours donc à leurs équipes «réserves» pour ne pas rater les matchs du championnat «professionnel». Il faut dire que d’autres clubs pouvaient également se retrouver dans la même situation si ce n’est l’intervention de plusieurs walis qui leur ont débloqués des sommes d’argent. Le championnat de l’élite de football n’arrive plus à s’en sortir. Il n’a de «professionnel» que le nom finalement.

Elyas Nour

Advertisement