Les eaux destinées à l’irrigation des fruits et légumes sont saines et ne peuvent en aucun cas être à l’origine de la propagation de l’épidémie de choléra assure  le ministère de l’Agriculture

“Le ministère rassure les citoyens sur la qualité des fruits et légumes produits en Algérie, qui sont indemnes. L’eau d’irrigation absorbée par les plantes ne représente pas de danger pour les productions agricoles”, a précisé le ministère dans un communiqué transmis à l’APS.

Advertisement

Une épidémie de choléra s’est déclenchée le 7 août en cours, faisant deux morts à Blida et 46 cas confirmés sur 139 cas hospitalisés à travers plusieurs wilayas.

Depuis la confirmation de ces cas de choléra, des citoyens redoutent une contamination des fruits et légumes par des eaux d’irrigation illicite provenant des eaux usées et qui seraient, selon eux, à l’origine de cette épidémie.

“Les fruits et légumes ne constituent pas un milieu ambiant d’évolution du vibrion cholérique”, rassure le ministère qui invite tout de même les consommateurs à respecter les conditions d’hygiène requises, à savoir le lavage des fruits et légumes avant leur consommation.

Les cultures irriguées par des eaux usées sont détruites

Quant à certains “cas isolés et avérés” d’irrigation illicite par des eaux usées brutes, le ministère a rappelé que les services compétents des secteurs concernés au niveau local “ont de tout temps réprimé ce genre de pratiques et appliqué les mesures nécessaires”.

Ces mesures portent sur les poursuites judiciaires, les saisies des équipements d’irrigation et la destruction des cultures, souligne la même source.

Contacté par l’APS pour savoir si des cas similaires d’irrigation de fruits et légumes par des eaux usées épurées ont été enregistrés récemment par le ministère, un responsable de la communication de ce département a avancé qu'”aucun cas n’a été détecté récemment”.

Rédaction AF