Le patrimoine culturel national est entrain de se faire dilapider. Selon le ministère de la Culture, les services de sécurité ont pu récupérer, durant le premier semestre de l’année en cours, pas moins de 4427 biens culturels. Il s’agit, entre autre, d’anciennes pièces de monnaies ou livres, de tableaux ou de pièces archéologiques. A cet effet, 43 personnes, impliquées dans ces affaires, ont été présentées à la justice. Le ministère a mis en relief «l’importance du rôle de la société civile et des citoyens dans la collaboration avec les services de sécurités et des secteurs concernés afin de mettre un terme à l’hémorragie qui caractérise le legs culturel national, ce qui est un terrorisme à l’endroit de la mémoire culturelle nationale». Il faut dire que des centaines de pièces archéologiques sont récupérés chaque année par les services de sécurité. L’année passée, la Gendarmerie nationale avait indiqué qu’ «au moins 4.895 pièces archéologiques dont des pièces de monnaie ancienne, des toiles, des têtes de statues en marbre, des épées et armes datant de l’époque ottomane, 32 pointes de flèches préhistoriques et des fossiles d’animaux ont été récupérées à travers 15 wilayas de l’Est du pays». Beaucoup de ces pièces sont transférées illégalement à l’étranger. D’autres sont vendus en Algérie à des particuliers. Police et gendarmerie ont mis sur pieds des brigades spécialisées pour mettre un terme à ce trafic qui prend de plus en plus d’ampleur.

Elyas Nour