Les copies du Coran en circulation en Algérien contiennent-t-elles des erreurs ? C'est ce que pensent les services du ministère des Affaires Religieuses, du moins pour une partie d'entre elles.

Hier, ce département ministériel a décidé de retirer des mosquées et écoles coraniques, "en raison des erreurs qu'il contient", les exemplaires du Coran portant le titre "Mushaf Al-Hadiq Es-Saghir", révisé par Abdelmadjid Riache et publié par sa propre maison d'édition Ibn Al-Hafsi.

Advertisement

Aujourd'hui, le concerné a crié au complot. Dans une déclaration faite à Ennahar, Riache a affirmé que "son" Coran, autorisé d'ailleurs par le même ministère, précise-t-il, en 2013, "ne contient aucune erreur". Ce sont d'autres versions, y compris celles officielles, éditées donc par le gouvernement, qui d'après lui sont sujettes à des rectifications.

L'éditeur soupçonne une volonté de le "punir" pour avoir dénoncer, comme il le dit, pendant de longues années, la mise en circulation de copies "erronées" du Coran. La polémique tend à prendre de l'ampleur puisque d'autres maisons d'éditions pourraient être également concernées dans les jours à venir. Entre temps, le département que dirige Mohamed Aissa a installé une commission de "révision et ré-examination" des copies du Coran qui circulent en Algérie. La mission s'annonce compliquée…

Elyas Nour