Abou-Marteau l’avait vandalisé en quelques secondes et il aura fallu sept longs mois pour la restaurer. Ce qui est gratifiant, c’est qu’elle a été remise sur son socle de pierre, là où elle surplombe la légendaire fontaine de Sétif, Aïn El Fouara.

Ce matin, le ministre de la Culture était là pour tirer le rideau sur cette statue qui rend la ville de Sétif si particulière. Trônant sur la fontaine du centre-ville de Sétif depuis plus d’un siècle, cette célèbre statue continuera à le faire, n'en déplaise aux adeptes de l’obscurantisme.

Advertisement

Pour répondre à la rumeur selon laquelle les travaux de restauration ont « couté des milliards de centimes », M. Mihoubi a indiqué que tout au contraire, la statue a été remise en été à un prix symbolique.

En décembre dernier, un salafiste pris de fureur a détruit une partie de la statue. Ce dernier avait été arrêté puis relâché.  Les services de police avaient ensuite indiqué que l’individu en question était un malade mental.

Cette affaire avait défrayé la chronique durant plusieurs semaines. Les partisans du courant islamiste avaient appelé à sa mise au musée. Un appel auquel le ministre de la Culture a répondu par le négatif. « C’est vous qu’on devrait mettre au musée », répondit M. Mihoubi à une députée islamiste.