Plusieurs sénateurs des deux partis majoritaires, le FLN et le RND, ont observé ce matin un «sit-in» de protestation, à l’intérieur même du Conseil de la nation, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la session d’automne, afin d’exprimer leur solidarité avec un de leur collègue, en l’occurrence le sénateur de la wilaya de Tipaza, Boudjouher Malik, en détention actuellement.

Ces sénateurs affirment que le mis en cause ne devait légalement être arrêté sans la levée de l’immunité parlementaire. Boudjouher Malik avait été arrêté en flagrant délit de corruption en août dernier. Un «industriel» de Tipaza lui aurait offert une somme d’argent contre un «soutien» pour l’un de ses projets dans cette même région.

Advertisement

Le RND, parti auquel il appartient, l’avait aussitôt radié de ses rangs. Sur sa page «Facebook», la formation politique de l’actuel Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait indiqué que «le sénateur élu à Tipasa a été définitivement radié, suite à son implication dans une affaire de corruption portant atteinte à la réputation du RND, de ses militants et élus».

Aujourd’hui, certains sénateurs n’ont pas accepté le fait que ce sénateur soit arrêté. Jamais les membres de l’APN ou le Sénat n’ont voté la levée de l’immunité parlementaire pour l’un des leurs.

Elyas Nour