Les organisateurs des «Rencontres cinématographiques de Bejaia (RCB)», l’un des rendez-vous majeurs du septième art en Algérie, ont annoncés, avant-hier, en clôture de la 16eédition, l’arrêt de l’événement en raison de la censure.

En effet, cette dernière soirée devait être animée par la projection du film documentaire «Fragments de rêves», de Bahia Bencheikh El-Fegoun, dans lequel la réalisatrice a donné la parole à des jeunes activent au sein d’associations depuis 2011. Cela n’a pas eu lieu car le ministère de la Culture n’a pas délivré aux organisateurs des RCB un«visa d’exploitation», un terme barbare désignant une «autorisation de projection».

Advertisement

La commission de visionnage n’a même pas justifié sa position. La directrice artistique des RCB, Laila Aoudj, a indiqué aux médias qu’elle avait même saisis le ministère mais sa requête est restée sans réponse.

C’est la deuxième fois que les organisateurs des RCB se sont vus refusé la projection d’un film, après «Vote Off» de Fayçal Hammoum qui avait donné la parole à des jeunes qui ne se considèrent pas concernés par les différents rendez-vous électoraux.

cette énième censure intervient donc juste après la fin de non-recevoir exprimé par le ministère des Moudjahidines au réalisateur Bachir Drais au sujet de son film Ben M’hidi. Le cinéma algérien vit ses heures les plus sombres!