Il aura fallu que les médecins résidents reprennent leur protestation pour que le ministère de la Santé réagisse en tentant d'apporter une réponse à l'une de leurs revendications. Aujourd'hui, sur un plateau de la chaine de télévision Ennahar, Youcef Terfani, un directeur central au niveau de ce département ministériel, a affirmé qu'une indemnité qui variera entre 20 000 et 60 000 dinars, par mois, sera accordé aux médecins résidents lors du service civil. La différence se fera selon les zones géographiques om ils seront affectés. D'après lui, la durée de ce service sera d'un à quatre ans. Et les affectations se feront d'après les "besoins et les spécificités des régions". Ainsi, tous médecin résident qui sera affecté dans une région "éloignée" devra passer un an de service civil. Il sera de deux ans dans les villes "moyennes" et de quatre ans dans les grandes villes, Alger et Oran, principalement. En d'autres termes, si la durée n'a pas changé, le ministère de la Santé a "modulé" le zonage. Les régions "éloignées" seront plus nombreuses. Les médecins résidents, qui avaient mis, en juin dernier, un terme à huit mois de grève, réclament l'abrogation du caractère obligatoire de ce service. Les "mesures" annoncées aujourd'hui par Terfani ont déjà été rejetés par les représentants du Camra (Collectif autonome des médecins résidents algériens) en avril dernier. En tous cas, ce Collectif a repris sa protestation aujourd'hui par un sit-in organisé devant le siège du ministère de la Santé. Le Camra prévoit d'opter pour une grève cyclique d'un ou de deux jours par semaine.

Elyas Nour

Advertisement