Kamel Daoud ne se laissera pas faire et l’annonce sur son compte Facebook. « Je précise aux lecteurs et visiteurs intéressés que je serai au SILA comme l'an dernier », a-t-il écris en réaction aux propos du commissaire du Salon international du Livre à Alger ayant annoncé son exclusion de l’édition de cette année.  

Le commissaire du SILA remet ça ! L’année dernière, Hamidou Messaoudi s’est fait remarquer non par l’excellence de son travail accompli et par son professionnalisme, mais par des propos misogynes ayant fait couler beaucoup d’encre. La polémique tournait autour d’un livre intitulé : Comment battre une femme, que le commissaire trouvait utile !

Advertisement

À l’occasion de l’édition 2018, Hamidou Messaoudi a décidé de provoquer une nouvelle polémique en excluant l’écrivain et journaliste Kamel Daoud. Mais cette fois-ci, il a en face de lui un adversaire de taille qui est décidée a participé au SILA n’en déplaise au tonitruant fonctionnaire au titre de "Commissaire".

« Après les déclarations faites à la presse par le commissaire du Salon international du Livre à Alger pour son édition 2018, qui précisaient mon "exclusion" de la liste des auteurs invités, je précise aux lecteurs et visiteurs intéressés que je serai au SILA comme l'an dernier », annonce Kamel Daoud sur compte Facebook.

« Cet espace, la littérature algérienne, le livre, ne sont pas des espaces d’ego, de fonctionnaires apparatchiks qui décident des listes d'invités ou d'exclus, des territoires privatisés, mais des occasions de rencontres, de liberté et d’enrichissement. Il ne faut pas y céder aux bureaucrates misogynes, ni aux commissaires politiques, ni aux découragements. Mais venir nombreux et défendre le livre, les écrivains et nos différences », martèle-t-il.

Cette année, Kamel Daoud sera présent au SILA pour présenter son nouveau livre : Le Peintre dévorant la femme.