L’armée algérienne vient de se doter du redoutable drone CH-4 (Cai Hong 4 en chinois). Bien qu’il ait été présenté par la télévision officielle comme un drone dédié aux opérations de reconnaissance, ce dernier se décline également en une version dédiée au combat. 

Après une longue période de tests, ayant notamment été marquée par le crash de deux drones de ce type, l’armée nationale populaire a fait acquisition de cet avion sans pilote chinois réputé pour son endurance.

Advertisement

L’appareil en question a été aperçu lors de l’exercice tactique démonstratif avec munitions réelles supervisé par le vice-ministre de la Défense et chef d’État-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah à Hassi Bahbah.

Le CH-4 est un drone MALE (Moyenne altitude, grande endurance). Il se décline en deux versions, le CH-4A de reconnaissance et le CH-4B d'attaque au sol. La version CH-4B possède 4 points d’attaches sous les ailes pour différents types de munitions. L’armement disponible comprend entre autres des missiles AR-1 (HJ-10) de 45 kg et d’un rayon de 10 km pouvant être guidé par GPS ou par laser ainsi que des bombes FT-5 de 100 kg.

Avec 345 kg de charge utile au lieu de 115 kg, le carburant embarqué est réduit, et l’autonomie passe alors de 40 à 14 heures.

L’ANP s’est donc tournée vers le CH-4 après l’échec des négociations pour l’achat des drones Predator et Reaper américains.