Le patron du RND, Ahmed Ouyahia qui porte également la casquette de Premier ministre a jeté l’anathème sur les événements d’octobre 1988, en les qualifiant de résultat de « manœuvres politiciennes » ayant plongé le pays dans « l’anarchie, l’instabilité, puis le terrorisme. Les propos du leader du RND sont marqués par une certaine nostalgie à l’ère du parti unique.

S'exprimant à l'ouverture des travaux de  la Conférence nationale annuelle de la femme à Zeralda, le patron du RND, parti fondé neuf ans après l’ouverture démocratique conséquence des événements d’octobre 1988, a ouvert une parenthèse pour expliquer que les tragiques événements d’octobre 1988 sont le fruit d’une manipulation politique ayant eu lieu dans le cadre d’un choc des visions au sommet de l’État.

Advertisement

« Les événements d’octobre 1988 n’avaient rien de spontané (…) ils ont plongé l’Algérie dans l’anarchie, puis l’instabilité et ensuite le terrorisme », a-t-il proféré.

Dans son allocution marquée par une certaine confusion, le patron du RND a déploré les années perdues (18 ans ndlr) dans la lutte contre le terrorisme. Des années qui ont fait, selon lui, perdre à l’Algérie l’occasion de faire progresser sa démocratie.

Quelle étrange déclaration ! Celui-là même qui venait de dénigrer les événements d’octobre 1988 en regrettant, avec nostalgie, l’ordre régnant, la stabilité politique et la suprématie du parti unique, à retourné sa veste instantanément en pleurant les années perdues dans la lutte contre le terrorisme. Des années qui, selon lui, auraient pu servir à promouvoir et développer la démocratie !