Souffrant d’une douleur crânienne, le journaliste Saïd Chitour, en détention provisoire depuis 527 jours, a été évacué à un hôpital algérois, dans la nuit de lundi à mardi, pour subir une opération chirurgicale. Ce dernier souffre également de diabète et d’hypertension artérielle.  

À plusieurs reprises, des proches du journaliste, ainsi que son avocat ont tiré la sonnette d’alarme sur son état de santé. À maintes reprises, on a signifié son extrême fragilité, tant sur le plan psychologique que physique. Une excroissance lui est apparue au niveau du crâne dernièrement.

Advertisement

Hier soir il a été évacué en urgence sur un hôpital algérois. L’on peut considérer que son état est grave puisqu’il doit être opéré en extrême urgence.

Saïd Chitour a été interpellé le 6 juin 2017 à l’aéroport international d’Alger. Après plus de 500 jours en détention, son dossier demeure au fond d’un tiroir. Aucun procès en perspective !

Le journaliste est accusé d’avoir fuité des “documents gouvernementaux sensibles” à des diplomates étrangers. On est en droit de s’interroger comment, un journaliste, fut-il correspondant de médias étrangers, peut mettre la main sur des documents gouvernementaux sensibles ?  Et si c’est vraiment le cas, de qui les a-t-il eu ?

Sa défense a introduit un appel auprès des hautes instances judiciaires pour recalcification des faits. Depuis, cette requête reste en attente.