« Le problème est entre toi et moi », a martelé le président de l’APN, Saïd Bouhadja en s’adressant directement à Ahmed Ouyahia, patron du RND et Premier ministre. Le conflit institutionnel né de la brouille entre M. Bouhadja et la direction de son parti politique le FLN, semble prendre un autre tournant pour devenir une crise d’État qui oppose le président de l’Assemblée nationale et le chef de l’exécutif.

L’affaire Bouhadja n’est pas prête à connaitre son épilogue comme le suggérait Ahmed Ouyahia lors de son allocution d’hier samedi. Alors que le patron du RND et chef de l’exécutif annonçait que la dissolution de l’APN était inenvisageable et que le P/APN fera preuve de sagesse en démissionnant, M. Bouhadja rétorque en signifiant qu’il ne démissionnera pas, car l’action entreprise à son encontre est contraire à la constitution et au règlement intérieur de l’APN.

Advertisement

Dans un entretien accordé ce dimanche à EL Bilad, M. Bouhadja martèle : « Le problème est entre moi et Ouyahia (…) Je refuse d’entendre parler de démission, car s’est insensé!».

Dans son plaidoyer, le P/APN donne une nouvelle trajectoire au conflit à l’intérieur de la chambre basse du parlement en désignant Ahmed Ouyahia comme principal instigateur de cette guerre intestine qui tourne entre les enfants du régime.

Rappelant, si nécessaire, que c’est des députés FLN qui ont initié la démarche de retrait de confiance à M. Bouhadja, à travers une pétition qui aurait été signée par 360 députés issus des partis de la majorité.

« La crise vient de l’extérieur, le problème est entre moi et Ouyahia qui a parrainé une campagne contre moi en instruisant les députés issus de sa formation politique», indique M. Bouhadja.

À la question de savoir si le P/APN a sollicité du soutien de la part de la présidence de la république, ce dernier lance que la constitution le protège et qu’il n’a besoin de la protection de personne.