Le président des États-Unis Donald Trump souhaite mettre fin, par décret, au droit du sol, qui stipule que tout enfant né sur le territoire américain a la nationalité américaine.

Donald Trump fait dans la surenchère en exploitant à excès la question de l’immigration dans un cadre de campagne électorale. Ce que le tonitruant président américain veut faire, c’est centrer le débats sur un sujet qu'il maîtrise, ou plutôt dans lequel il peut donner libre cours à son talent d'agitateur.

Advertisement

Dans un entretien accordé au média américain Axios, le président affirme qu'il envisage de signer un décret pour que les enfants nés sur le sol américain de parents en situation irrégulière ne bénéficient plus de ce droit.

« Nous sommes le seul pays au monde qui octroie la nationalité, avec tous les avantages qui vont avec, à un bébé né de parents se trouvant dans une situation irrégulière». « C'est ridicule, c'est ridicule, il faut que cela cesse », a-t-il martelé.

Au-delà de la levée de boucliers qu'elle devrait susciter, la possibilité même pour le président de  remettre en cause, par décret, ce principe inscrit dans le 14ème amendement de la Constitution est vivement contestée par nombre de juristes.

« On m'avait toujours dit que vous aviez besoin d'un amendement constitutionnel. Vous savez quoi? Ce n'est pas le cas », avance-t-il en tentant de convaincre qu’un simple décret suffirait pour modifier une disposition de la constitution des États-Unis.