Le patron du Mouvement populaire algérien (MPA) Amara Benyounès a s’est posé un certain nombre de questions tout à fait saugrenues lors d’un meeting populaire à Aïn Defla. Il s’est, par exemple, interrogé « pourquoi les partis de l’opposition ont-ils peur de Bouteflika ?»   

M. Benyounès est allé vendre le cinquième mandat à la population d’Aïn Defla ce samedi 10 novembre. Dans son plaidoyer, il a défendu Bouteflika et son bilan avant de s'interroger pourquoi l’opposition redoute-elle le raïs.

Advertisement

« Si vraiment le président de la République est incapable de gouverner comme vous le prétendez et que le peuple ne le soutient pas, expliquez-moi alors pourquoi vous avez peur qu’il brigue un cinquième mandat », a rapporté EL Bilad, ajoutant que M. Benyounès s’est directement adressé aux partis de l’opposition.

En usant d’un ton ironique,  il a souligné les reprochasses faits au président Bouteflika par l’opposition, notamment pour son omniprésence sur les écrans de télévision lors de son premier mandat. M. Benyounès explique d’une façon tout à fait incongrue qu’aujourd’hui, l’opposition lui reproche d’être absent.

En faisant, peut-être, dans l’anticipation, le patron du MPA a, ensuite, insisté sur le fait que la protestation, quelque soit sa nature, se doit d’être "pacifique". Une formule vidée de sens puisque le président du MPA a mis l’accent sur les « périls » que peuvent provoquer les « marches » et les « rassemblements ».