Le RCD donne sa lecture des événements qui secouent la scène nationale actuellement. Une lecture sans concession qui permet de comprendre, un tant soit peu, le comportement des appareils du régime qui se sont emballés ces derniers temps, notamment avec la mise sous mandat de dépôt de généraux influents et de journalistes. Même des artistes et des figures sportives n’y ont pas échappé. Le régime négocierait en parallèle des contrats juteux pour de grandes puissances afin d’avoir des soutiens lui permettant de garantir sa pérennité.    

Le RCD a exprimé ses inquiétudes concernant « l’instrumentalisation de la justice et des services de sécurité dans les luttes de clans à l’intérieur du régime».

Advertisement

L’arrestation d’Abdou Semmar, Merouane Boudiab et Adlène Mellah, ainsi que l’artiste et comédien Kamel Bouakez et l’ancien joueur de la JS-Kabylie et du MC- Alger, Fodil Dob est le parfait exemple de cette instrumentalisation. On a pu assister à des scènes inédites qui étaient jusqu’ici inconcevables. Ces arrestations ont été consciencieusement filmées et projetée au grand public par un média privé de droit étranger en l’occurrence Ennahar, qui se trouve être juge et partie dans cette affaire puisque c’est l’un des plagiant, notamment contre les trois journalistes Abdou Semmar, Merouane Boudiab et Adlène Mellah.

Dans son communiqué sanctionnant les travaux de la réunion mensuelle de son secrétariat national, le RCD a insisté sur le fait que les événements qui ont secoué la scène nationale, ces derniers temps, notamment avec la mise en détention préventive de cinq généraux, ainsi qu’un colonel de l’ANP, suivie par l’arrestation des six journalistes en plus de celle de Bouakez et Dob ne sont pas l’œuvre du hasard. Si l’ont croit la thèse avancée, c’est les résultats inquiétants d’une lutte de clans qui se déchirent au sommet de l’État.

Le parti est également revenu sur la violation répétitive du principe sacro-saint de présomption d’innocence. « Le viol de la présomption d’innocence, de la dignité humaine et du secret de l’instruction dans cette dernière affaire a fini par venir à bout du peu de crédit qui restait à cette institution », souligne le RCD en déplorant l’attitude passive  de la justice.

Après avoir évoqué brièvement la crise ayant secoué l’APN, le RCD s’est logement étalé sur les manœuvres opérées afin d’obtenir un soutien de la part des grandes puissances pour un cinquième mandat de Bouteflika. Le parti de Mohcine Belabbas, a d’ailleurs ouvertement accusé le pouvoir de faire des concessions à ces puissances occidentales. Il a, à cet effet, révélé qu’on a favorisé l’obtention d’un marché par une société américaine alors qu’une offre plus intéressante a été proposée par des opérateurs allemands.

« Les concessions faites aux puissances étrangères s’amplifient à la veille de la reconduction de l’actuel chef de l’État pour un cinquième mandat en violation de la souveraineté populaire. Un exemple édifiant est celui de la signature cette semaine de deux contrats d’investissement de gré à gré en vente directe d’une valeur totale de 100 millions d’euros entre la compagnie nationale des hydrocarbures et Air Products (États-Unis) au détriment d’une offre d’un groupe Allemand, leader mondial dans les gaz industriels, beaucoup moins onéreuse (62 millions d’euros) et qui, de plus, propose un partenariat dans le respect de la règle 49/51% », déplore le RCD.

Le bradage de l’économie nationale est une réalité à laquelle le parti donne une explication toute simple. Le régime en place n’a pu se maintenir que grâce aux concessions qu’il a pu céder à l’étranger. Le phénomène prend, d’ailleurs des proportions dangereuses, puisque le RCD affirme que la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui doit être adoptée après les présidentielle, « semble suivre la même logique ».