Les cinq généraux-majors, Lahbib Chentouf, Saïd Bey, Chérif Abderrazak, Menad Nouba et Boudjemaâ Boudouar, ainsi qu’un colonel dont l’identité na pas été révélée ont été libéré hier lundi. Le juge d’instruction a, toutefois, ordonné leur placement sous contrôle judiciaire en attendant leur passage devant le tribunal militaire. Les charges retenues contre eux sont toujours celles d’« enrichissement illicite» et « trafic d’influence ».

Cette décision émanerait donc, de la cour d’appel militaire, récemment instituée en vertu d’une modification de  l'ordonnance 71-28 portant Code de justice militaire, a rapporté EL Khabar, citant une source judiciaire n’ayant, cependant, pas écarté une intervention au plus haut lieu. La même source a tenu à souligner qu’il ne s’agit pas d’une grâce présidentielle, car cette dernière ne peut intervenir avant la prononciation du verdict final.

Advertisement

La même source a également fait savoir que les six prévenus ayant bénéficié de la liberté provisoire sous contrôle judiciaire ont été interdit de quitter le territoire national. Les charges retenues contre eux sont toujours celle de l’« enrichissement illicite » et du « trafic d’influence ». Les contours de l’affaire demeurent flous, dans la mesure où l’on ne sait pas exactement dans quel contexte ces accusations ont été portées. On a, cependant, laissé entendre que tout cela aurait un lien avec l’affaire Kamel Chikhi. Affaire à suivre…