Le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa a exclu toute instrumentalisation de la religion et son utilisation pour freiner le phénomène de "Harraga" à travers une fatwa (décret religieux).   

Prenant la parole, hier dimanche, en marge du coup d’envoi des travaux du Colloque national, sous le thème Tariqa Erahmania et le Patrimoine culturel et cultuel à Tizi Ouzou, M. Aïssa a exprimé son point de vue concernant le rôle que peut jouer son département dans la lutte contre le phénomène de  "Harga".

Advertisement

À la question de savoir ce qui a été accompli par les imams à ce propos, le ministre a mis en exergue son refus catégorique de l'instrumentalisation de la religion pour « accabler » les Harraga.

Sans les identifier, M. Aïss a accusé certains de vouloir émettre une fatwa interdisant l’émigration clandestine d’un point de vue religieux et la décréter « Ahram », illicite.

Toujours selon le ministre, la lutte contre ce phénomène concerne toute la société, soulignant que son département continuera d’œuvrer, dan la limite de ses moyens, pour « sensibiliser » les jeunes notamment dans les wilayas côtières.