Le mois dernier, les Algériens ont découvert avec stupéfaction que le composant d’un produit alimentaire s’est transformé en drogue dans les écoles de la République. La chaîne de télévision qui avait révélé ce nouveau phénomène s’était gardée de citer la marque du produit, en l’occurrence, un mélange pour boissons en poudre, car les analyses le prouvant n’ont pas été réalisées. C’est chose faite, et le produit en question se trouve à peu près dans tous les commerces !Il s’agit du jus en poudre « Amila ».

Dans une note transmise par la Direction de l’éducation d’El-Bayadhà tous les établissements scolaires de la wilaya, il est affirmé que les « analyses effectuées sur le jus en poudre « Amila » par le laboratoire scientifique de la police de Châteauneuf (Alger) prouvent que ce produit contient du « Pyrazole » également très présent dans l’agrochimie, on le retrouve dans de nombreux composés herbicides, fongicides et insecticides. Ce composé organique a des effets pharmacologiques sur les humains et est classé parmi les alcaloïdes.

Tout a commencé quand des citoyens de la daïra de Rekassa, dans la wilaya d’El-Bayadh ont alerté les services de sécurité sur les effets de cette poudre de jus sur les enfants qui la « sniffent ». La poudre en question provoque une addiction. Elle provoque également les effets d’une crise de panique sur quelques enfants.

Les services de police ont donc décidé de procéder à une série d’analyses qui ont fini par détecter la présence du Pyrazole dans le jus en poudre de la marque « Amila ».

Ce qui est, par ailleurs, inhabituelle, c’est qu’aucune alerte nationale n’a été lancée par les services compétents concernant ce produit. L’alerte donnée se limite à la directive envoyée par la direction de l’éducation de la wilaya d’El-Bayadh aux écoles relevant de son autorité. On ne peut que s’interroger sur cette grave défaillance !