Ayache Mahdjoubi, a rendu l’âme. Le jeune issu du village d’Oum Cheml dans la commune d’El Houamed, au Sud de M’sila est resté coincé dans un puits artésien durant six jours. Son corps inanimé n’a toujours pas été extirpé.   

Les services de la protection civile ont annoncé ce dimanche, la mort du jeune Ayache Mahdjoubi, tombé dans un puits artésien d’une profondeur de 30 mètres et d’une circonférence de 40 centimètres mardi dernier.  

Les équipes de la protection civile épaulées par la population locale ne sont pas parvenus à l’extirper. Toute la région s’est mobilisée durant six jours pour porter secours à l’un des siens. La population a fait tout ce qui était en son pouvoir pour le sauver.

Les engins, la nourriture, le carburant et même le matériel présent sur le lieu du drame a été  mobilisé par des citoyens à titre gracieux. La région a fait preuve d’un formidable élan de solidarité.

Le drame du jeune Ayache a pris un caractère national. Les Algériens ont suivi cette affaire de très près. Sur les réseaux sociaux, on demandait à chaque instant des nouvelles concernant « notre frère Ayache ».

En parallèle, les autorités ont été très critiquées par la population de M’sila. Le wali a été accusé, devant les caméras des télévisions, de ne pas avoir mobilisé suffisamment de moyens pour sauver le jeune Ayache.

Paix à son âme.