La dépouille mortuaire du jeune Ayanche Mahdjoubi, mort à l’âgé de 26 ans après plusieurs jours de supplice au fond d’une canalisation (puits artésien) a été inhumée ce jeudi matin, en présence d’un important dispositif sécuritaire.

Avant la cérémonie d’inhumation, la dépouille du jeune Ayache a été transportée une dernière fois au domicile familial, pour que les proches du défunt puissent faire leurs adieux. Là aussi, un important dispositif sécuritaire était présent.

Il faut croire que le bouillonnement qu’a connu la région tout au long de cette affaire effraye les autorités de l’État qui craignent de voir l’étincelle d’une révolte populaire démarrer depuis ce petit village isolé de l’Algérie profonde. Partout où ils ont pu s’exprimer, les Algériens ont fait un constat amer : celui de la faillite d’un régime.

Sur les quelques images qui ont pu être prises de la cérémonie d’inhumation, on a pu voir que le cercueil d’Ayache a été porté par des éléments des forces de sécurité. Une foule relativement nombreuse a assisté à son enterrement.