Le jeune Ayache, âgé de 26 ans et habitant du village de Aïn Oum Chmel, commune d’El Houamed, à 100 km de M’sila est toujours coincé dans une canalisation a une profondeur de 26 mètres sous terre. Il ne donne aucun signe de vie depuis mercredi. Un formidable élan de solidarité est né de cet accident tragique, mais les algériens sont très en colère. Les autorités ont, encore une fois, brillé par leur absence!

Les Algériens sont à bout de nerfs, le jeune Ayache est toujours coincé dans une canalisation aussi profonde qu’exigüe depuis mardi. Le jeune ne donne plus signe de vie ce qui a ouvert le champ à toutes les spéculations.

« Ou sont les responsables ? Ou est le Wali ?» c’est la question que se sont posé les citoyens de M’Sila durant quatre jours avant que ce dernier daigne montrer le bout de son nez pour dire qu’il est en contact permanent avec le ministre de l’Intérieur et les pourvoir publics. Ce que le responsable semble ne pas avoir compris, c’est que ses gouvernés sont désemparés. Ils sont livrés à eux même. L’un d’entre eux avait réclamé face à la caméra de la chaine de télévision El Bilad la présence du Wali.

Bien sûr, le wali ne l’entend pas de cette oreille et dit qu’il ne souffre d’aucun complexe concernant cette affaire et qu’in fine, il avait fait son travail.

Le Wali s’est ensuite aventuré à dire que tous les moyens de l’État ont été mobilisés pour extirper le jeune. Une langue de bois qui n’était pas du gout d’un citoyen qui lui a rappelé, devant les caméras, que les moyens disponibles ont été apportés par des privés et que la protection civile ne dispose que d’outils de cultivateurs !

Jusqu’à présent, toutes les interventions menées pour extraire Ayache ont échoué. La nature capricieuse du sol a compliqué la tâche, notamment après que les eaux souterraines aient immergé les lieux.

Mardi 18 décembre aux environs de 13h30 des personnes ont entendu des cris provenant de cette canalisation. Aussitôt avertie, la Protection civile s’est dépêchée sur les lieux. Les deux premiers jours, les agents de la Protection civile ont pu alimenter le jeune d’oxygène à travers un tuyau et de la nourriture, mais depuis le mercredi, aucun signe de vie n’a été repéré, avait affirmé Bilel Naiji, chargé de la communication dans la DPC de M’sila.