Des Algériens, des familles entières ont été chassés de l’oasis de Taghit (Bechar) par des locaux qui ont décidé que cette année, la fête du Nouvel an est haram (illicite d’un point de vue religieux). Des jeunes adeptes d’un islam “haramisant” ont mis en application la fatwa de l’imam du coin, décrétant cette fête universelle illicite. L’année 2018 s’achève sur une note d’intolérance.  

Les dizaines de familles qui ont pour habitude de se déplacer à Taghit pour fêter le Nouvel an ont dû plier bagage et rebrousser chemin après que des hordes de fanatiques leur ont signifié que cette fête célébrée par les impies est proscrite chez eux !

À l’origine de cette histoire hallucinante (où des Algériens interdisent à d’autres Algériens de visiter une région faisant partie du territoire algérien), une fatwa émise par un imam.

Dans ses prêches, ce dernier a fini par convaincre les fidèles qui fréquentent la mosquée du coin, que la célébration du Nouvel an est haram ! Pis encore, il leur explique que le tourisme est une source de déviation. Il est également décrit comme un éloignement de la religion !     

Il faut dire qu’on n’est plus étonné par ce genre de fatwa nihiliste émanant d’esprits obscurantistes avilissants. On ne s’étonne également plus de cet immobilisme de l’État qui peut aisément être interprété comme de la connivence !