En Tunisie, sept personnes ont tenté de mettre fin à leurs jours en s’immolant avec le feu ces trois derniers jours. Par ce geste funeste, ces personnes ont protesté contre la misère et les conditions de vie très précaires.

Tout a commencé avec le suicide par immolation d’Abdel Razzaq Zorgui 32 ans, lundi 24 décembre. Ce journaliste de profession s’est immolé pour protester contre le chômage et la dégradation de la situation économique. « Pour les fils de Kasserine (ville située au centre-ouest de la Tunisie) qui n’ont pas de moyens de subsistance, aujourd’hui, je vais commencer une révolution, je vais m’immoler par le feu », a déclaré le journaliste dans une vidéo qu’il a publiée juste avant sa mort.

Des heurts ont éclaté entre la police et des manifestants à la suite de ce  tragique événement. La situation en Tunisie est très tendue, d’autant plus que les tentatives de suicide par immolation se sont intensifiées ces trois derniers jours.  

Ce samedi, un homme a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant devant une usine de transformation de lait dans la région de Chrifet. Contacté par la chaîne de radio tunisienne Mosaïque FM, des proches de la victime ont indiqué que malheureux a du recourir à l’ultime acte pour protester contre la misère, notamment après son licenciement de l’usine où elle travaillait comme cuisinier.

Hier vendredi, un homme âgé de 58 ans a tenté de ce suicidé en usant du même procédé à Bousalem (gouvernorat de Jendouba), alors que cinq personnes se sont immolées dans trois délégations de Kasserine.

Notez cet article