Un drame est survenu et un autre a été évité de justesse lors de deux tentatives de harraga, ces deux derniers jours. Trois jeunes ont trouvé la mort au large de Tigzirt, dans la wilaya de Tizi Ouzou et 11 autres, ont été secourus par les gardes-côtes au large de Mostaganem.  Dans les deux cas, il y a eu une avarie du moteur.   

La jeunesse algérienne continue de périr en mer. Les corps de trois jeunes ont été repêchés par les gardes-côtes au large de Tigzirt alors que cinq autres rescapés ont pu être sauvés. Tous sont atteints de blessures l’un d’eux est très gravement blessé.

Advertisement

Selon des sources médicales, quatre des cinq rescapés ont été transportés vers l’hôpital d’Azeffoun pour recevoir des soins. Deux corps sans vie ont, également, été transportés vers la morgue du même établissement. Le cinquième blessé ainsi qu’une autre dépouille ont été transférés vers l’hôpital de Tigzirt.

Des sources locales ont fait savoir que l’opération de sauvetage menée par les garde-côtes et la protection civile ne s’est pas interrompue jusque tard dans la nuit de mardi. Le bilan des pertes humaines pourrait s’alourdir.

Un drame similaire a été évité de justesse dans la wilaya de Mostaganem où 11 harraga dont trois mineurs, ont été secourus par les gardes-côtes à 15 miles au Nord de la commune de Ben Abdelmalek. Là aussi, ces jeunes candidats à l’émigration clandestine ont fait face à une avarie du moteur.

On peut estimer que les 11 rescapés ont eu de la chance, car la patrouille de gardes-côtes les a repérés par hasard lors d’une rotation. Ces harraga ont été acheminés vers le port commercial de Mostaganem ou ils ont subi une visite médicale, avant d’être interpellés et présentés devant le procureur de la république.