Alger a essayé de faire croire  que la visite du prince héritier du trône d’Arabie, Mohammed Ben Salmane (MBS) est une aubaine, expliquant que son déplacement en compagnie d’une forte délégation d’hommes d’affaires, était synonyme investissement. En réalité, il n’en est rien !      

En tout, douze projets ont été signés avec des investisseurs saoudiens à l’occasion de la visite du prince hérité du trône d’Arabie saoudite MBS. De l’aveu du ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, ces investissements ne dépassent guère les 14 milliards de dinars, environ 100 millions de dollars US, ce qui est dérisoire !

Advertisement

Il est notamment question de l’installation d’une usine de fabrication du papier hygiénique par la société saoudienne Paper mill, d’une capacité de production de 30.000 tonnes pour un coût total de 20 millions de dollars.

La compagnie saoudienne Aujan Groupe Holding (AGH), compte, quant à elle, se lancer dans le secteur agroalimentaire et plus précisément, dans la production de boissons non alcoolisées (jus) dans la wilaya de Blida. L’on se demande d’ailleurs, l’utilité d’un tel investissement dans un secteur qui connait une saturation.

On notera également l’inauguration de projets concernant la chimie minérale, le traitement des minéraux et l’industrie des produits chlorés, de l’hydroxyde de sodium ou la soude caustique et la soude destinée à la purification de l’eau.

Les Saoudiens comptent également se lancer dans l’industrie pharmaceutique avec une usine d’une capacité de production de 10 millions d’unités par an confiée à la société Tabuk Pharmaceuticals.