La Cour d’Alger vient de rendre son verdict dans le procès en appel du journaliste Adlène Mellah, directeur des sites internet DzairPress et Algérie-Direct. Le tribunal a retenu une peine de prison avec sursis. Adlène est enfin libre après un mois d’emprisonnement qui lui a valu une dégradation de son état de santé.

Le verdict vient de tomber. Le tribunal a prononcé une peine de six mois de prison avec sursis. Après une re-examination du dossier, le juge a décidé de réduire la peine prononcée le 25 décembre dernier par le tribunal de Bab El Oued, suite à un procès kafkaïen, ou le prévenu, démuni de sa défense, a écopé d’une peine d’un an de prison ferme.    

Advertisement

Adlène Mellah et ses deux compagnons, le photographe Abdelaziz Adjal et Abdelhafid Negrouche ont quitté le tribunal libres. Après un mois d’incarcération Adlène Mellah a vu son état de santé se dégrader considérablement. Sa fragilité était constatable de visu. Il ne pouvait même plus se tenir droit. Il s’est même évanoui durant le procès.    

Un dossier bâti sur des approximations

Le moins qu’on puisse dire c’est que le dossier qui a servi à mettre Adlène Mellah dernière les barreaux souffrait de plusieurs irrégularités. Les procès-verbaux présentés n’étaient pas valables, car les noms des policiers les ayant signés n’étaient pas mentionnés ! Pis encore, « La réquisition ayant servi aux arrestations date du 24 février 2018, et elle était destinée aux actions de protestation observées par les médecins résidents. La pièce maîtresse du dossier était tout simplement irrecevable !

En guise de réponse, le Procureur de la République a évoqué une « omission », concernant les noms des deux policiers. Pour ce qui est de la réquisition, ce dernier dira qu’elle  « devait être retirée du dossier, car elle n’est plus valable ». La défense s’insurge.

LES AVOCATS DE LA DÉFENSE

Une quarantaine d’avocats se sont constitués pour défendre Adlènne Mellah dont l’affaire est devenue une cause nationale et même internationale. Il faut rendre à césar ce qui lui appartient et reconnaitre que les avocats de la défense ont fait honneur à leur profession. Ils ont battu en brèche les accusations portées contre Adlène lors des plaidoyers.

Les soutins étaient également là 

Les amis, la famille et tous ceux qui soutiennent Adlène Mellah étaient devant le siège de la Cour d’Alger, dans le quartier du Ruisseau . Parmi eux, l’ancien footballeur Fodil Dob et le rappeur Mister AB. Il y avait également des représentants des ligues de droits de l’homme et des militants.