En mars 2017, nous avions publié un article traitant de la situation insoutenable des pensionnaires d’une maison de vieillesse située au Plateau, à Oran. Les locataires de cet endroit devenu lugubre subissaient toutes les maltraitances. Deux ans plus tard, nous publions un article décrivant une situation similaire, voire pire, et cette fois, ça se passe à Batna.

Les images sont choquantes et elles renvoient à la figure de chacun, ce qu’il y a de plus vil dans la nature humaine. Cette scène tragique où l’on aperçoit des personnes d’un certain âge gisant à terre, sans que personne ne leur vienne en aide, une insalubrité qui se marie au pourrissement nauséabond d’un hospice où le mépris de l’être humain est devenu la norme, a été immortalisée dans une vidéo ayant fait le tour des réseaux sociaux, provoquant émoi et colère.

Ce qu’ont enduré les pensionnaires de cet Hospice de Batna est pire et mille fois pire que ce qu’ont enduré leurs congénères du Plateau à Oran. À Batna l’état de délabrement est criard. Les pensionnaires sont complètement abandonnés et livrés à eux même, alors que la majorité d’entre eux ont perdu leur autonomie.

Malades est cloués sur des  fauteuils roulants, ils gisent à même le sol, face à terre sans aucune aide, quand par malheur l’un d’eux vient à tomber de son fauteuil roulant.    

Cette vidéo n’a dévoilé qu’un aperçu…une esquisse de cette tragédie quotidienne de ces pensionnaires auxquels on a expliqué qu’ils ne sont qu’un lourd fardeau.  Des pauvres gens qu’on nourrit avec des aliments (légume, viande et toute sorte de produits) qu’on stocke à même le sol, sur un parterre crasseux.

Alertée après la publication de cette vidéo tournée en toute discrétion, la ministre de la Solidarité Mme Ghania Eddalia a limogé le directeur de cet Hospice . La responsable a chargé le directeur de la solidarité au niveau de la wilaya de porter plainte contre ledit directeur et une partie de son personnel.

De son côté, le wali de Batna a annoncé des mesures contre ceux qui sont chargés de cet établissement.

Notez cet article