Le candidat à la candidature Ali Ghediri a réagi à la polémique née de ses déclarations à propos des jeunes promoteurs de projets dans le cadre de l’ANSEJ, ayant des difficultés à rembourser leurs prêts. Selon son service de communication, ses propos ont été mal interprétés et qu’il n’y aura pas d’effacement de dettes.   

« Les propos du candidat Ali Ghediri concernant l’ANSEJ ont été mal interprétés. Il n’a jamais été question d’effacer les dettes des jeunes promoteurs », peut-on lire dans un post Facebook publié sur sa page officielle.

« Aux promesses du pouvoir de lever les contraintes judiciaires tout en maintenant l’obligation de rembourser les banques dans les délais impartis, le candidat Ali Ghediri préconise l’étalement du remboursement sur une durée plus longue, non contraignante », est-il expliqué dans le même post, qui soit dit en passant, a souligné que « Ceci permettra aux jeunes promoteurs de relancer leur activité avant de rembourser leur dette ».

Avant-hier, le candidat Ali Ghediri est intervenu, dans une vidéo diffusée en direct, pour expliquer ce qu’il compte faire pour résoudre ce problème s’il est élu président de la République. Son discours fait de métaphores a été sujet à interprétation.

« Le pouvoir vous a promis qu’il n’y aura pas de poursuites judiciaires contre vous. À quoi bon ? Puisque vous auraient toujours les points et les pieds liés. Moi je promets de libérer vos points et vos pieds », avait-il dit avant de les appeler à voter sur lui.

Cette déclaration aurait suscité la controverse au sein de son équipe. D’aucuns soutiennent qu’elle est à l’origine du départ de H’mida Layachi, chargé de communication du candidat.

Au-delà de ces déclarations, la vidéo a été préjudiciable à Ali Ghediri, tant le dialogue donnait l’impression qui se déroulait à l’intérieur d’une caserne de l’armée. Tout au long de ce Live, le candidat s’est fait appeler « mon général » par la personne qui l’interrogeait et ça a été mal perçu !

Notez cet article