Deuxième République : L’art et la manière

0
3387

Contribution de Labdi Abdeldjelil*

Qu’est-ce qui est en train de se produire en Algérie depuis le 22 février passé à ce jour ? Des millions d’Algériens, tout âge et strates sociales confondus, sortent dans la rue pour exprimer calmement, sereinement, pacifiquement et dans une ambiance bonne enfant leur désapprobation quant à la gestion du pays.

Toutes les régions d’Algérie sont touchées par cette nouvelle évolution des choses du Centre à l’Est et de l’Ouest au Sud. Il faut reconnaître que les jeunes ont été les principaux meneurs de cette agitation et les femmes se sont également fortement exprimées. Énormément de créativité et d’innovation ont été observée aussi bien dans les intonations des foules qu’au niveau des slogans affichés. C’est magnifique, grandiose, incroyable, le peuple algérien est bien vivant et fait bien entendre sa voix.

Comment interpréter cela alors ? Le plus important à retenir est que la majorité silencieuse, qui ne s’est pas exprimée depuis fort longtemps en Algérie, vient de le faire de manière magistrale. Les Algériens ont exprimé aussi bien l’amour qu’ils vouent à leur patrie ainsi que leur désapprobation quant à la gouvernance mise en place à ce jour tout en revendiquant un changement profond et radical. L’idée de la fondation de la 2e République a même été entonnée. Ce sont des messages très forts et très clairs destinés en priorité aux tenants actuels du pouvoir, mais également à l’ensemble de la classe politique, opposition comprise. La majorité silencieuse vient de rappeler à tout ce monde que la souveraineté appartient exclusivement et désormais au peuple qu’il va falloir nécessairement séduire pour qu’il vous fasse confiance et vous autorise à gérer les affaires du pays.

La phase qui va suivre après le 28 avril 2019 sera décisive pour mettre sur rail notre pays. Fonder avec succès une deuxième République sur de bonnes bases ne sera pas une chose aisée et demandera du temps et je dirais même beaucoup de temps. Un mandat de cinq ans (au minimum) sera nécessaire pour mettre en place les premiers jalons (oui je dis bien les premiers jalons) de cette nouvelle République. Il n’y a pas et il n’y aura pas de baguette magique qui va éliminer d’un seul coup tous nos soucis et les chantiers qui doivent être ouverts sont nombreux, multiples et variés.

La route sera longue, pénible, périlleuse, semée d’embûches, mais pas impossible à emprunter. Elle nécessitera l’effort de tous les Algériens sans exclusion aucune. Tous les Algériens, résidents en Algérie, à l’étranger ou ayant la double ou la triple nationalité doivent être sollicités pour contribuer à la fondation de cette nouvelle République. Même les étrangers, portant l’Algérie dans leurs coeurs et je sais qu’ils sont nombreux, doivent être sollicités pour l’effort qui sera entrepris. Toute aide est la bienvenue pour construire un pays fort, prospère, riche, ouvert sur le monde et où tous ses enfants se retrouveront.

Préparons-nous donc dans le calme et la sérénité à affronter avec sagesse cette nouvelle étape et je dirais enfin Merci à tous les Algériens ainsi qu’à tous les amis de l’Algérie pour s’être exprimé pour un meilleur avenir pour notre pays.

*Labdi Abdeldjelil, Analyste et Expert en Intelligence économique.